Conférences-débats/Crise économique/Europe

Les enchaînements de la crise économique depuis 2007

Conférence-débat avec une introduction de Charles-André Udry, économiste, membre du conseil scientifique du master mondialisation et migration de l’Université de Venise et animateur du site www.alencontre.org

Mardi 13 décembre 2011 à l’Université de Genève, Uni-Mail, 18h15, salle MR160.

• Tous les jours, la presse véhicule le terme de «crise». Autrement dit la phase grave d’une maladie. Cela pose diverses questions. Quelle maladie et qui est «le malade»? Les causes de cette «crise» – ou de ces «crises» – sont-elles liées à des facteurs externes au système économique dominant, à des «erreurs» de politique aisément corrigeables? Ou les causes sont-elles internes au système économique dominant, c’est-à-dire à un capitalisme mondialisé?

• Une autre question vient de suite à l’esprit: pourquoi les économistes dominants (main-stream) n’ont-ils rien prévu? Mieux, comme l’écrit un économiste hétérodoxe (par rapport à l’essentiel du corps académique), André Orléan: «Avant 2007, dans leur écrasante majorité, les économistes ont cru dur comme fer à l’efficience des marchés financiers. Ils ont activement milité pour une forte dérégulation parce qu’ils y ont vu l’assurance d’un système financier robuste et efficient.» La tonalité a changé, mais la musique reste.

• S’impose ainsi le besoin de comprendre l’enchaînement depuis 2007: 1° de la crise des subprimes (hypothèques à risque élevé) qui traduit la surproduction de logements, non pas par rapport aux besoins sociaux, mais par rapport à la possibilité de les payer, étant donné la compression des salaires; d’où le recours à l’endettement stimulé par les banques : des Etats-Unis à l’Espagne ou à l’Irlande… ; 2° du passage de cette crise immobilière, à une crise financière, boursière, bancaire, puis à une sérieuse récession avec une explosion du chômage; 3° du sauvetage des banques et assurances qui a abouti à une hausse de l’endettement des Etats, dont les rentrées fiscales se sont contractées sous l’effet de cette récession comme de la défiscalisation des grandes fortunes et du capital; 4° de la «crise de la zone euro», du financement alourdi pour un pays comme l’Italie (qui est pourtant solvable!); 5° des plans d’austérité généralisés…

• Ce sont ces thèmes que nous voulons commencer à débattre, avec Charles-André Udry, économiste, membre du conseil scientifique du master mondialisation et migration de l’Université de Venise et animateur du site alencontre.org

• Cet événement est organisé par le Cercle La brèche avec le soutien de la CUAE. L’Université est étrangère à cette manifestation.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s