Etats-Unis/Livres/Racisme et xénophobie

A propos de Black and Red d’Ahmed Shawki (Syllepse, 2012)

Ahmed Shawki, Black and Red. Les mouvements noirs et la gauche américaine (1850-2010), Syllepses, Paris, 2012, p. 260.

Ahmed Shawki, Black and Red. Les mouvements noirs et la gauche américaine (1850-2010), Syllepse, Paris, 2012, p. 260.

Par Achille Karangwa*

L’année dernière, les éditions Syllepse ont inauguré avec cet ouvrage une prometteuse collection intitulée «Radical America». Publié en 2003 sous le titre Black liberation and socialism, Ahmed Shawki a la double ambition d’offrir une histoire de l’oppression des Noir·e·s aux Etats-Unis et des mouvements sociaux. Il tente d’analyser simultanément les luttes des Noir·e·s et les luttes socialistes (au sens large): non seulement les similitudes et les alliances, mais aussi les contradictions entre ces deux courants importants de l’histoire popu- laire américaine. Sans négliger les grands acteurs et actrices, le point fort de cet ouvrage est de faire la part belle aux différentes composantes des classes populaires (à commencer par les travailleur·se·s, noirs ou blancs) et leur rôle dans et par rapport à ces questions.

L’option explicite de ce livre est celle des interactions entre race et classe. Cela permet à l’auteur de réfuter le préjugé à la mode selon lequel la conception matérialiste de l’histoire des mouvements socialistes relègue comme questions secondaires la race, le genre, etc. En effet, cet ouvrage montre, avec l’exemple de la race, que la «prépondérance de la question des classes sociales» permet au contraire d’avoir une vue plus fine des autres déterminations, et donc d’avoir une meilleure compréhension politique à la fois de l’oppression et de l’exploitation.

On regrettera toutefois l’ambiguïté de l’auteur dans la critique, parfois juste, parfois hésitante, des idéologies et groupes politiques (y compris ceux dits socialistes) n’ayant pas cette compréhension, et leurs impasses politiques communautaristes. Toutefois Black and Red est une contribution synthétique importante à l’étude de ces questions qui certes évoluent, mais n’ont pas perdu pour autant leur actualité.

* Cette note de lecture est paru dans le journal La brèche n. 6 (mars 2013).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s