International/Israël-Palestine/Manifestations/sit-in

Solidarité avec le peuple de la Palestine et les peuples opprimés de toute la région

Samedi 23 août

Manifestation nationale de solidarité avec le peuple palestinien

Berne – 14h – Schützenmatte

Suite à la énième offensive menée par l’État d’Israël contre les habitants de la bande de Gaza – appelée de façonne orwellienne « bordure protectrice » – le 17 août, les négociations indirectes entre une délégation palestinienne et une délégation israélienne ont repris leur cours au Caire.

Les rapports de force entre les deux parties ne laissent pas espérer qu’une amélioration des conditions de vie de la population palestinienne, opprimée depuis plusieurs décennies, peuvent se réaliser concrètement.

Le Mouvement pour le socialisme (MPS/BFS) et le Cercle la brèche partagent la nécessité de manifester un soutien international à un peuple qui ne fait que revendiquer ses droits humains fondamentaux. Dans le cadre des échanges préparatoires à cette manifestation, des membres du MPS-CLB ont proposé le texte que vous pouvez lire ci-dessous (10 août 2014). Ce texte met en évidence:

1. la nécessité de concevoir la lutte du peuple palestinien à l’intérieure d’un cadre plus vaste, inclusif de toutes les luttes émancipatrices au sein de la région;

2. l’impératif de mettre en avant les « revendications centrales portées par la société civile palestinienne » elle-même;

3. les points centraux sur lesquels un mouvement de solidarité en Suisse devrait se focaliser.

Dans cet esprit, nous serons présents le 23 août à Berne pour manifester notre solidarité avec les peuples opprimés de la Palestine et de la région avec nos propres analyses et positions.

Toute personne souhaitant nous joindre à la manifestation peut nous contacter par mail ou par téléphone aux numéros suivants: 076 541 03 79 (Nicola) ou 076 693 25 60 (Davide).

Cercle La brèche

*****

Pour des analyses plus approfondies, nous renvoyons aux différents articles parus durant les dernières semaines sur le site alencontre.org/palestine.

*****

Les bombardements sur Gaza doivent cesser !

Le blocus de Gaza doit être levé !

Halte à la colonisation de la Cisjordanie !

Pour l’application de toutes les résolutions de l’ONU !

Pas de collaboration entre les appareils militaro-industriels d’Israël et de Suisse !

Depuis le 8 juillet 2014, la puissante machine de guerre israélienne pilonne Gaza. En réalité, depuis des décennies, il ne s’agit que d’une guerre, dont les phases sont de plus en plus meurtrières. Une guerre pour contrôler, harceler, emmurer, emprisonner, expulser les Palestiniens et les Palestiniennes. Et contraindre des centaines de milliers de réfugié·e·s à littéralement croupir dans des camps-ghettos au Liban, en Jordanie, en Syrie.

Un terme doit être mis à cette guerre. Une tâche historique, difficile, mais décisive pour l’émancipation de tous les peuples. Cette tâche repose sur les épaules blessées du peuple palestinien et sur sa volonté inébranlable, malgré toutes ses souffrances. Elle repose de même sur le combat contre tous les pouvoirs autocratiques de la région, complices des divers impérialismes.

En Europe comme en Suisse, toutes les formes de solidarité avec le peuple palestinien – et ses frères dans la région – participent de ce combat pour la libération nationale et contre un Etat colonialiste. Une solidarité décidée, continue, concrète – au-delà de sa modestie – relève d’un impératif éthique universel. Elle est reçue comme telle par les opprimé·e·s de la Palestine historique. Cette fraternité est aussi entendue par les Arabes israéliens.

Une minorité, en Israël, qui s’oppose à la politique guerrière et colonisatrice du gouvernement, peut comprendre le sens d’actions solidaires pour les droits du peuple palestinien car elles renvoient à des principes intelligibles que le sionisme fondamentaliste n’a pu gommer. Cela peut ébrécher «l’unité nationale sioniste» qui se reconstruit à coups de guerres dites défensives.

Face à ces guerres à répétition contre le peuple palestinien, le premier devoir de la solidarité consiste à diffuser les revendications centrales portées par la société civile palestinienne :

• un peuple occupé et opprimé détient le droit de se défendre et de mettre fin à l’occupation et à la colonisation des terres reconnues internationalement comme les siennes ;

• le démantèlement du mur de séparation ;

• l’arrêt de l’édification de colonies et l’établissement d’un plan régional pour la dislocation de celles établies contrairement à la résolution 446 du Conseil de sécurité, du 22 mars 1979. Elle affirmait que «ces colonies de peuplement dans les territoires palestiniens et autres territoires arabes occupés depuis 1967 n’avaient aucune validité en droit et faisaient gravement obstacle à l’instauration d’une paix générale, juste et durable au Moyen-Orient» ;

• la mise en place d’une initiative intergouvernementale afin d’assurer le droit de retour et l’indemnisation des réfugié·e·s, selon les termes de la résolution 194 de 1948 de l’ONU ;

• l’interruption de l’occupation déguisée de Gaza par le biais du blocus et le rejet d’une mise sous mandat international de la bande de Gaza ;
• la libération de tous les prisonniers politiques palestiniens, doublement emprisonnés par le pouvoir israélien ;

• l’application stricte de tous les droits fondamentaux des citoyens et citoyennes arabes israéliens, ce qui implique la dissolution du système de ségrégation qui les vise.

Un vaste mouvement de solidarité en Suisse – au-delà de sa configuration plurielle, normale – met l’accent sur :

• l’arrêt de toute collaboration militaire et coopération en matière d’armement de la Suisse avec l’Etat d’Israël. Dans l’immédiat, l’achat de drones israéliens doit être révoqué ; dans cette optique peuvent être développés des objectifs de la campagne internationale BDS ;

• la convocation par les autorités suisses, en qualité d’Etat dépositaire des Conventions de Genève, d’une conférence pour l’application du droit humanitaire ;

• le soutien à des initiatives internationales assurant la constitution d’une enquête complète sur l’opération «Bordure protectrice», cela afin que toute plainte qui serait déposée devant la CPI par des représentants de la société civile palestinienne puisse développer ses effets aux plans juridiques et économiques ;

• la reconnaissance du statut de réfugié politique aux Palestiniens visés par le pouvoir militaire et policier israélien, comme à toutes les personnes menacées de mort, de torture et de prison par les gouvernements autocratiques de la région et par les forces obscurantistes et criminelles de l’Etat islamique.

(10 août 2014)

*****

Tract_Unitaire_Palestine_Image

Appel unitaire

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s