Séminaires/colloques

Lausanne, 20-22 mai 2015, Forum international en mémoire d’Ernest Mandel

Le troisième âge du capitalisme,
sa physionomie socio-politique à l’orée du XXIe siècle

En mémoire d’Ernest Mandel, disparu il y a vingt ans (1923-1995)

20 mai (20h) – Buffet de la Gare de Lausanne, Salle des Vignerons

21-22 mai – Université de Lausanne (UNIL) – Bâtiment Amphipôle (arrêt métro UNIL-Sorge)

Organisé par l’Association des amis de Jost Steiger (1917-2007, Dr en chimie, animateur d’un courant socialiste révolutionnaire et anti-stalinien)

Soutenu par le Site Daniel Bensaïd (Paris), l’Institut international pour la recherche et la formation (IIRF, Amsterdam), le site alencontre.org (Lausanne), le Cercle la Brèche (UNIL)

*****

Programme

Mercredi 20 mai 20h15, Salle des Vignerons, Buffet de la Gare, 1er étage

Présentation du sens de ce forum: Charles-André Udry

>> «Ernest Mandel, un marxiste hétérodoxe dans les années 1960»

Mateo Alaluf, professeur émérite Université libre de Bruxelles

>> L’actuel mouvement noir aux Etats-Unis, 50 ans après Selma

Keeanga-Yamahtta Taylor, professeur à Princeton University, militante noire du mouvement Black Lives Matter : «From « Black Lives Matter » to Black Liberation in the United States»

Brian Jones, éducateur et militant noir, New York : «The Political Economy of Post-Civil Rights Racism in the United States»

***

Jeudi 21 mai, UNIL, Bâtiment Amphipôle

>> 9h30-13h: Le «troisième âge» du capitalisme à l’heure de sa transnationalisation intégrale

Michel Husson, économiste IRES, et Norbert Holcblat, économiste: «Crise conjoncturelle ou crise séculaire ?»

François Chesnais, professeur émérite Université Paris 13 : «Suraccumulation de moyens de production et croissance continue de capital fictif»

Catherine Samary, membre de l’IRISSO (CNRS/Dauphine) : «De l’intégration de la Russie dans le capitalisme mondiaél»

Oscar Mazzoleni, maître d’enseignement et de recherche à l’Université de Lausanne: «Mondialisation et nationalisme économique de la droite extrême»

>> 14h30- 19h: Les sociétés en Europe sous l’impact d’une crise prolongée

Alain Bihr, professeur émérite de l’Université de Franche-Comté : «Actualiser et complexifier l’approche marxiste de l’Etat»

Roland Pfefferkorn, professeur à l’Université de Strasbourg : «Inégalités et crise sociale en Europe»

Mateo Alaluf, professeur émérite à l’Université libre de Bruxelles : «La Belgique, une société en crise et ses expressions»

François-Xavier Merrien, professeur à l’Université de Lausanne : «L’Etat social mis en question»

Pietro Basso, professeur à l’Université CA’Foscari, Venise: «La politique xénophobe d’en haut et une nécessaire riposte classiste»

Manuel Gari, membre de Podemos, commission économique, Etat espagnol : «Explosion de la pauvreté et mouvements sociaux»

>> 14h30- 19h: A l’heure du relativisme

Hubert Krivine, enseignant honoraire de l’Université Pierre et Marie Curie, chercheur au Laboratoire de physique théorique de l’Université de Paris Sud, auteur avec Annie Grosman de De l’atome imaginé à l’atome découvert (De Boeck, 2015): «Peut-on ne pas être relativiste?»

Samy Johsua, professeur émérite, Didactique des sciences, Université d’Aix-Marseille, auteur de Introduction à la didactique des sciences et des mathématiques (PUF, 2003): «Sciences, relativisme et démocratie»

• Joost Kircz, physicien, professeur émérite Amsterdam: «Réalité, connaissances et prédictions»

***

Vendredi 22 mai, UNIL, Bâtiment Amphipôle

>> 9h30-13h: Union européenne: perspectives «nouvelles» pour une gauche qui se dit radicale?

Charles Michaloux, expert auprès des comités d’entreprise, Paris : « L’Union européenne et ses contraintes face à un projet de politique sociale radicale»

Jaime Pastor, professeur à l’UNED), Madrid, responsable de la revue Viento Sur : «Podemos, une formation politique en devenir»

Antonio Paço, historien, chercheur Université nouvelle de Lisbonne: «Portugal: dette, crise politique. Une petite étincelle d’espoir?»

François Sabado, coordinateur de l’ouvrage Daniel Bensaïd l’intempestif: « France : une droite extrême, un gouvernement social-démocrate et les définitions d’une gauche radicale»

Antonis Ntavanellos, membre de la direction de SYRIZA et de DEA, Athènes : «La Grèce à la croisée des chemins cinq mois après la victoire politique de SYRIZA du 25 janvier»

>> 9h30-13h: 1° Amérique du Sud. Deux pays avec «leurs régimes de violence»

Daniel Libreros, juriste, professeur à l’Université nationale de Colombie : «L’après-conflit militaire dans un contexte de crise sociale, quelles perspectives pour le mouvement social ?»

Manuel Aguillar-Mora, historien, professeur à l’Université autonome de la ville de Mexico : « La nuit d’Iguala et le changement politique au Mexique»

>> 14h30-19h: 2° Amérique du Sud. A l’ombre des gouvernements dits progressistes

Ricardo Antunes, professeur de sociologie à UNICAMP, Campinas : «Morphologie présente de la classe ouvrière au Brésil»

Valério Arcary, professeur émérite de l’IFSP, Sao Paulo : «Le PT de Dilma Rousseff : le “noyau rationnel” de son évolution»

Omar Acha, professeur à l’Université de Buenos Aires et chercheur au Conicet, conseil de rédaction de la revue Herramienta : «Le rôle du kirchnerisme après la crise de 2001-2003»

Ernesto Herrera, responsable du bulletin Correspondencia de Prensa, Montevideo : «Le Frente Amplio et la normalité»

Sergio Grez, Chili, historien du mouvement ouvrier et du mouvement étudiant, professeur d’histoire à l’Université du Chili à Santiago: «Le mouvement étudiant bouscule la scène politique chilienne»

Pablo Stefanoni, directeur de la revue latino-américaine Nueva Sociedad : «Bolivie : Evo Morales, un modernisateur ?»

>> 14h30-19h: Les soulèvements arabes : révolutions et contre-révolutions

Gilbert Achcar, professeur au SOAS, Londres, auteur de Le peuple veut (Actes Sud, 2013) : «Le soulèvement arabe : bilan et perspectives»

Sameh Naguib, sociologue à l’American University du Caire : «L’Egypte du maréchal Sissi suite au renversement révolutionnaire de Moubarak»

Hatem Tallima, docteur en biochimie, Egypte : titre de la contribution à confirmer

Mostafa H. Ali, Egypte : titre de la contribution à confirmer

Nizar Amami, député du Front populaire, syndicaliste UGTT, Tunisie : «Les évolutions et les principaux enjeux de la révolution tunisienne»

Ahlem Belhadj, pédopsychiatre, militante féministe, Tunisie: «La révolution tunisienne, le mouvement des femmes dans la configuration politique présente»

Nahed Badawia, journaliste, militante syrienne en exil : «La révolution syrienne face à Assad, Daech et aux initiatives diplomatiques internationales»

Joseph Daher, doctorant, assistant diplômé UNIL : «La révolution syrienne, quatre ans après son éclatement» (titre à préciser)

Publicités

Une réflexion sur “Lausanne, 20-22 mai 2015, Forum international en mémoire d’Ernest Mandel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s