En grève/Genève/Manifestations/sit-in/Suisse

Une grève contre le mur budgétaire des «réformateurs»

Le Cercle la brèche soutient le mouvement du personnel des services publics du Canton de Genève en grève pour la défense des conditions de travail et de la qualité du service public. Nous reproduisons ci-dessous un texte que nous allons distribuer au cours de la journée de grève et de manifestation de mardi 10 novembre 2015. Venez manifester votre solidarité avec les grévistes et pour défendre le service public en tant qu’usagers! Rendez-vous pour la manifestation à la Place Neuve à 17h!

Quand le Conseil d’Etat de la République et du canton de Genève – réunissant «collégialement» des représentants du PLR, du PDC, du MCG, du PS et des Verts – se refuse à négocier avec l’ensemble des syndicats et associations professionnelles des services publics, la grève est non seulement légitime mais nécessaire. Car il en va de l’avenir des services au public, soit aux usagers multiples des services publics.

Salarié·e·s du secteur public et usagers: établir une opposition commune

En effet, le système éducatif, le système de santé, les divers services sociaux se doivent de servir d’amortisseurs aux mécanismes inégalitaires qu’engendre le fonctionnement hyper libéralisé du système économique capitaliste.

Un accès aux soins plus égalitaire nécessite des conditions de travail adéquates pour l’ensemble des soignant·e·s. Ces derniers doivent donc être assez nombreux, ne pas être soumis à l’obligation de procurer des soins en «flux tendus». Limiter le nombre de soignants, augmenter leurs heures de travail, bloquer leurs salaires ne peut qu’aboutir à une dégradation de leurs conditions de travail et se répercuter sur les multiples soins à administrer. Les soignant·e·s, contre leur volonté et leur conscience professionnelle, «font de l’abattage».

A l’autre bout de la «chaîne», des salarié·e·s du «privé» soumis à un management par le stress sont de plus en plus fragilisés dans leur santé. Ce que confirment les études de l’Office fédéral de la statistique, par exemple celle du 19 août 2014.

Que ce soit dans l’enseignement primaire, secondaire ou universitaire, que ce soit dans les services sociaux, les mêmes constats peuvent être établis. La communauté d’intérêts entre la très large majorité des usagers (que le pouvoir veut assimiler de plus en plus à des clients) et les salariés des services publics fait ressortir l’importance d’un soutien public à la mobilisation des salarié·e·s des services au public.

Une atteinte aux droits démocratiques

Un simple examen des sept projets de lois déjà déposés par le PLR, le PDC, l’UDC et le Conseil d’Etat illustre l’ampleur de l’attaque du Conseil d’Etat – et de ses partisans patronaux – aux conditions de travail, de salaire et de retraite des salarié·e·s des services publics et du secteur subventionné.

A la non-négociation s’ajoutent les projets de limitation légale du droit de grève et les atteintes à ce droit issues des plaintes pénales déposées par des employeurs comme cela s’est vu à l’Aéroport de Genève. Les mesures disciplinaires contre les agents de l’Etat chargés du convoyage des prisonniers, qui ont manifesté contre la privatisation de ce secteur (repris par Securitas), traduisent simultanément une volonté de pénaliser les actions de résistance face aux privatisations, aux sous-traitances et à la péjoration des salaires et des conditions de travail.

Une autre facette de la mise en cause du droit de manifester a été constatée lorsque Pierre Maudet, du Département de la sécurité et de l’économie, a voulu amender une marche organisée par l’Asloca contre la pénurie de logements. Dans une tradition helvétique, les colliers sécuritaires sont fabriqués en ajoutant une après l’autre les perles, sur une certaine durée.

Le RIEIII, machine de guerre contre les services publics

L’«état catastrophique des finances du canton» est l’argument massue utilisé par l’exécutif. La réforme de l’imposition des entreprises va hypothétiquement diminuer les recettes de la République et canton de Genève de 500 millions de francs.

• En un mot, c’est un cadeau fiscal fait au capital et une machine de guerre contre le service public. Les projections établies pour le RIEIII reposent sur des modèles économiques peu robustes. Mais, de plus, l’abolition des statuts spéciaux dépendra du contexte économique international et institutionnel dans les années à venir. En outre, pour ce qui concerne la fiscalité du capital, elle est fixée par des accords internationaux qui déterminent sa durée et son ampleur. Par contre, cette contre-réforme (RIEIII) va accentuer la concurrence fiscale entre cantons, ce qui va provoquer une nouvelle ronde de diminution de l’imposition. Chaque canton voudra maintenir son «attrait fiscal», autrement dit réduire l’imposition des profits des entreprises et accroître les subventions directes et indirectes. Les firmes tiennent ainsi le couteau par le manche, alors que dans le contexte de mondialisation du capital, le moins-disant fiscal n’est qu’un argument pour décider la localisation de la production (donc de l’emploi), ce qui est différent de la localisation de la boîte aux lettres d’une holding afin d’optimiser ses charges fiscales.

• L’argument massue est utilisé pour justifier, dans un premier temps, une réduction linéaire de 1% sur les charges du personnel. Soit, par exemple, 12 millions pour le DIP.

A cela s’ajoutent des mesures dites structurelles visant à réduire la masse salariale de 5% en trois ans. Un coup de massue sur les revenus des salarié·e·s de la fonction publique, sur leur évolution et sur leurs retraites. L’augmentation du temps de travail est prévu, de 40 à 42 heures. Ce qui est une provocation car diverses études montrent, par exemple, que la durée moyenne du travail hebdomadaire d’un enseignant du secondaire oscille entre 43 et 45 heures. Une étude en Suisse alémanique démontre que les heures supplémentaires effectuées et non payées dans le même secteur se situent entre 110 et 130 par année. On constate la même tendance dans le privé où les heures supplémentaires ne sont plus comptabilisées, ni payées, entre autres sous l’effet du «travail par objectif», sans parler de la crainte diffuse du licenciement.

• En réalité, ce sont les normes comptables cantonales qui doivent être mises en question lorsqu’une majorité du Grand Conseil affirme l’objectif du «déficit zéro». Depuis des années, les études démontrent que la durée comptabilisée pour l’amortissement des investissements en infrastructures relève de l’escroquerie. Les berges du lac ou un pont ne doivent pas être amortis en cinq ans. Cette méthode permet simplement de mettre sous pression ledit équilibre budgétaire. De plus, les investissements dans la santé ou l’éducation ne peuvent être assimilés, pour l’essentiel, à des dépenses de fonctionnement. Ce sont des investissements à long terme nécessaires pour le «développement de l’économie», autrement dit pour la reproduction du capital.

Les comptes d’un Etat, fédéral ou cantonal, ne sont pas neutres. Ils reflètent des intérêts de classe et un système de redistribution régressive accentuée de la richesse produite par les salarié·e·s.

Pas de diktats comptables

• Pour ce qui est de la dette, il faudrait effectuer un audit pour savoir qui sont les détenteurs des 13 milliards et plus. Et donc à qui vont les intérêts du paiement de la dette et qui proportionnellement paie ces intérêts. Accepter comme un fait donné cette dette, sans audit effectif, revient à dire que le marteau est bon, mais le coup porté trop fort.

• Refuser que les salarié·e·s de la fonction publique et ceux et celles des secteurs subventionnés soient «la variable d’ajustement» du budget revient à refuser, d’une part, la péjoration des conditions de travail, d’autre part, la détérioration des services aux usagers, qu’ils soient étudiant·e·s, enseignant·e·s ou malades (toute personne saine étant un malade potentiel).

• En outre, les contre-réformes budgétaires – qui sont présentées comme le résultat inévitable d’un mécanisme incontrôlé démocratiquement – nourrissent non seulement la privatisation, mais la mise en concurrence de divers secteurs du public et du parapublic. A l’échelle de l’université, cela débouche sur l’institution de recteurs-managers au nom de l’autonomie de l’institution universitaire. Et «un bon manager» va s’occuper d’abord de l’équilibre budgétaire de l’institution universitaire et pour cela il va privilégier des facultés attractives, «rationaliser l’administration», accroître les tâches administratives pour les profs qui les transfèrent aux assistants qui disposent de moins de temps pour étayer le travail des étudiants.

• Le soutien le plus large doit être accordé à ce premier jour de grève. Si cette grève du 10 novembre doit être reconduite, le Comité de lutte des services publics, avec l’appui des usagers (entre autres des collégiens, des étudiants, etc.), dispose des moyens et des connaissances pour faire du premier jour de grève la première étape d’un vaste débat public qui aille bien au-delà du débat électoral. Ne serait-ce que parce qu’il concerne tous ceux qui ont le droit de vote (et qui se sont abstenus) et tous ceux qui ne disposent pas du droit de vote mais sont des usagers ou des salariés du secteur public, parapublic et subventionné.

• Le retrait des mesures du budget 2016, celui des mesures structurelles et le maintien de la qualité des services et des prestations dépendent, conjointement, de l’écho de cette grève, des décisions les plus larges et démocratiques prises par les salariés concernés, sur les suites immédiates à y donner. Le ras-le-bol peut s’exprimer dans une action réfléchie et des échanges multiples deviennent alors le bras de levier de la poursuite de l’action collective. (Mouvement pour le socialisme, 10 novembre 2015)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s