Qui sommes-nous?

Nous sommes des jeunes (étudiant·e·s, apprenti·e·s et jeunes travailleurs et travailleuses) de Genève, Lausanne, Fribourg, Bâle, Berne, Zurich et du Tessin, sympathisant·e·s ou membres du Mouvement pour le socialisme (MPS/BFS) qui est actif au niveau national.

Nous sommes convaincus que cette société inégalitaire et oppressive doit être transformée. Le chômage, le démantèlement social,  la pauvreté et les rapports inégaux entre sexes sont qualifiés par les dominants comme étant des réalités existant de toute éternité et  des «faits naturels », inchangeables ou, au mieux, faisant figure de conséquences inévitables du fonctionnement des sociétés qui peuvent être au plus atténués.

Ces affirmations servent à la défense de l’ordre existant et à la poignée de privilégiés qui en bénéficie. Il s’agit en réalité du fonctionnement normal du capitalisme, autrement dit d’une société divisée en classes sociales. Avec, à un pôle, une mince couche qui s’approprie les produits de la richesse sociale (soit, pour faire image, le 1% pointé par le mouvement Occupy aux Etats-Unis) et, à l’autre pôle, la gigantesque majorité qui est contrainte à louer quotidiennement ses capacités intellectuelles et manuelles contre un salaire ou, pire encore, ceux et celles qui ne peuvent même pas entrer dans un rapport salarial. Cette société produit et reproduit les inégalités comme condition indispensable de son existence, elle met en concurrence les uns contre les autres et adopte un rapport avec la nature un rapport extractif. Violence, exploitation et domination sont nécessaires à son maintien.

La crise économique actuelle, ainsi que les plans d’austérité qui sont présentés comme la résolution, ne font qu’accroître les inégalités sociales, favorisent les guerres impérialistes et provoquent des désastres écologiques. Mais ces barbaries ne sont pas pour autant des fatalités: c’est pourquoi nous luttons pour une société différente, socialiste, et réellement démocratique, où la production sociale est contrôlée par toutes et tous en vue de la satisfaction des besoins sociaux.Une société dans laquelle, pour reprendre une ancienne formule, le développement de chacun est la condition du développement de tous; une société dans laquelle les virtualités de chaque être humain pourront s’épanouir.  Pour cela, il est indispensable de s’engager aux côtés de tous ceux et de toutes celles qui combattent les conditions dans lesquelles ils et elles sont avili·e·s, diminué·e·s et exploité·e·s. Nous nous engageons dans les luttes des salarié·e·s, des femmes, des immigré·e·s et des étudiant·e·s contre toute forme d’inégalité, d’oppression et d’exploitation. Nous nous engageons pour l’émancipation sociale, politique, culturelle et économique dont ces luttes portent toutes en elles les germes. Qu’une telle conscience peine à émerger dans un pays comme la Suisse – où l’idée même d’un au-delà de l’existant ne peut être imaginée, et qu’aucune certitude n’existe quant à son issue, il n’en demeure pas moins que la perspective d’une autre société, socialiste – demeure indispensable pour quiconque refuse ce monde et reste confiant dans les capacités et les possibilités de l’humanité à s’émanciper.

Dans ce but, nous nous rencontrons régulièrement dans les villes et les universités où nous travaillons et étudions pour discuter de thèmes et de problématiques qui nous concernent en tant que jeunes et individus préoccupés par le devenir de cette société. Parallèlement, nous participons à des actions, des mobilisations et des manifestations comme, par exemple, le soutien à la grève des CFF à Bellinzone (2008), l’occupation des universités de Bâle, Berne, Genève, Lausanne et Zurich (2009), le mouvement contre le démantèlement social dans le canton de Zurich (2011), le mouvement   contre l’énergie nucléaire à Berne et à Zurich (2011) ainsi que dans les activités de solidarité internationale, en relation avec les luttes des peuples grecs contre les destructions sociales dont ils sont l’objet ou encore les insurgé·e·s de Syrie. Car il est certain que, plus que jamais, une solidarité internationale des exploité·e·s et des opprimé·e·s est indispensable.

Tu peux nous contacter à l’adresse e-mail jmps@labreche.ch ou nous joindre sur facebook à l’adresse: http://www.facebook.com/cerclelabreche

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s