Salle Blanche · Révolution, guerres et impérialismes – Développements récents en Syrie et en Turquie

Qui porte aujourd’hui son regard sur la région de l’Euphrate et du Tigre, les deux grands fleuves du Moyen Orient, se trouve très vite dépassé par le malheur, l’horreur ainsi que par la complexité, sociale et politique. Dans cette région entrent en collision les intérêts des puissances régionales et mondiales. La dictature du régime de Bachar El-Assad s’acharne avec une brutalité inouïe – et le soutien actif de l’aviation russe et de l’Iran – à récupérer le contrôle de toute la Syrie. La population civile est assigée, les hôpitaux sont systématiquement ciblés depuis des mois. La plus grande crise de réfugié·e·s de ce début du XXIsiècle trouve son origine dans cette violence qui vise à détruire les espoirs de justice sociale, de dignité et de démocratie que portaient les soulèvement de 2011.

Vladimir Poutine, de son côté, cherche par son intervention dans la guerre civile syrienne à assurer sa présence en Méditerranée afin que la Russie redevienne un acteur dans le concert des grandes puissances. Les Etats-Unis, par les guerres atroces qu’ils ont lancés dans la région portent une lourde responsabilité dans les événements actuels. Leurs alliés que sont la Turquie et les monarchies du Golfe persique jouent leurs propres partitions. La Turquie s’est engagée dans un tournant autoritaire marqué, sous la direction du président Recep Tayip Erdogan. Une nouvelle guerre contre la minorité kurde a été lancée tout comme une répression contre les forces progressistes du pays, au premier rang desquelles le HDP.

Au Nord de la Syrie, que signifie l’établissement d’une zone autonome kurde, le Rojava? Est-elle une réponse à l’oppression historique des minorités kurdes de Syrie? Qu’en est-il du virage autoritaire en Turquie et de sa guerre contre les Kurdes? Que reste-t-il de la révolution populaire syrienne, des espoirs de 2011? Que signifie la reprise en main du régime d’Assad? Voici quelques questions qui seront abordées lors de l’atelier.

Avec Gilbert Achcar, militant libanais, professeur à l’Ecole des études orientales et africaines de Londres (SOAS), qui a publié, entre autres, Morbid Symptoms- Relapse in the Arab Uprising (2016),
et Emre Öngün, militant franco-turc, auteur de divers articles consacrés à la Turquie, au Kurdistan et à la Syrie, membre de la direction de Ensemble.

Des articles recommandés sur alencontre.org:
Syrie-Yémen. Contre les bombardements en Syrie et au Yémen!, par Gilbert Achcar
Turquie. «Il faut créer un ennemi intérieur», pour imposer l’autocratie présidentielle, par Benjamin Barthe
http://alencontre.org/category/moyenorient/syrie